Vingt-six hectares d’une ancienne plantation de cannes à sucre ont été transformés par le champion sud-africain Ernie Els en un 18 trous, considéré par les connaisseurs parmi les plus « enthousiasmants ». Sur ce bout de terre qui observe l’Île aux Cerfs en face, le Four Seasons Golf Club at Anahita veut développer une signature l’identifiant comme le golf mauricien ouvert à tous. 

C’est décidé, vous vous lancez dans le golf. Mais la question par où commencer peut déjà faire barrage aux ambitions un peu timides. Encadré par la Montagne Bambou et le lagon qui mouille une côte extrêmement ciselée à cet endroit de l’île,  il se trouve pourtant à Beau Champ dans l’Est, une adresse indiquée pour accompagner les envies des néophytes. Ce golf, défini à juste titre, comme exceptionnel, admirable ou encore unique, justifie que l’on se déplace déjà pour l’esthétisme du site. Mais si l’idée un peu lointaine de s’y mettre doit se concrétiser un jour, s’y rendre pour apprendre les bases constitue une seconde bonne raison de fouler les faiways et les greens de ce parcours conforme aux normes de l’USGA – United States Golf Association -, le premier de l’île. Mais avant de taper un drive bien droit, direction vers l’aire de practice large et généreuse qui s’étale sur 320 mètres de long, dispose de neuf greens ciblés, de bunkers mais également de greens d’approche, pour commencer par les basiques.

L’initiation est gratuite et quotidienne

C’est ici que les « pros »* attendent les apprentis golfeurs pour une heure d’initiation. Celle-ci passe par la familiarisation avec le matériel – savoir différencier un bois, un fer d’un putter – et l’apprentissage du bon positionnement. Prise en main du club sans trop serrer, posture sur jambes fléchies et alignement face à la balle composent la base des exercices, à renouveler deux, quatre, dix, vingt fois si nécessaire. Vient ensuite le moment de taper dans la balle posée sur un tee.  Bonne accroche des doigts sur le club, « qui doit correspondre à 3 sur une échelle de pression de 0 à 10 », claironne le pro Pierre-Noël Quirin, positionnement des pieds dans la lignée des épaules, genoux souples, yeux rivés sur la balle, levée des bras vers la droite et swing en ramenant le fer au dessus de l’épaule gauche…! Pierre-Noël ne cessera de le scander, la bonne posture se construit avec 100% de souplesse et zéro crispation! Fort de ses vingt-trois années de pratique, personne ne pense à mettre sa parole en doute, mais la reconstitution du bon mouvement étape par étape, n’est pas immédiatement aisée, coordonner les gestes devenant d’un coup une manœuvre délicate. « Un autre indice de la bonne prise en main du fer est le chuintement qu’il provoque en fendant l’air pour aller taper dans la balle » poursuit Pierre-Noël. Avec Keith et Gauthier, il encadre ainsi Mauriciens et résidents désireux de goûter aux plaisirs de la discipline sportive dans le cadre des initiations gratuites œuvrées par le Four Seasons golf Club at Anahita. Seul, en couple, en famille, – les 4/5 ans peuvent y prétendre à partir du moment où le club ne leur tombe pas de des mains-, entre amis, chacun peut venir s’initier au gré de son envie à partir de 15h, tous les jours. 

Une certaine frustration avant le plaisir

Mais il faut partir en connaissance de cause, les débuts peuvent être laborieux car souvent empreints de frustration. Si ce n’est la fameuse chance du débutant, envoyer d’emblée la balle à 100 mètres reste souvent une performance assez improbable dans les débuts. A ceux qui se laisseront séduire et souhaiteront poursuivre au delà de l’initiation, Patrick Foy, le Golf Head Professionnal conseille de recourir à une dizaine de leçons minimum, avant de se lancer sur le parcours. « Se contenter » de 9 trous ou de faire le 18, « il n’y a pas de règles, à chacun d’écouter son ressenti quant à son degré d’envie et de capacité », poursuit le professionnel. Prendre d’assaut le parcours sans un minimum de préparation, reviendrait en effet, à gâcher son plaisir, en faisant attendre peut-être les autres joueurs et à fausser au bout du compte, l’idée que l’on se faisait de « faire du golf ».

Dix-huit noms pour dix-huit trous

Un spectaculaire parcours de 6828 mètres serpente à travers un domaine fait d’îlots de végétation luxuriante faisant la part belle aux badamiers et aux banians centenaires et aux cocoteraies à l’ombre généreuse. La volonté de préserver ce veritable joyau naturel profite aux golfeurs qui des trous numéro 1 à 18 migrent par des paysages d’une grande diversité à pied ou en voiturettes équipées de GPS. The Virgen & the child à cause du panorama depuis ce point, sur la cîme de la montagne rappelant une esquisse de la vierge et de l’enfant, Coconut Grove compte tenu de la proximité d’un large bouquet de cocotiers, Scottish Taste à cause de murs en pierres sèches traversant le fairway sont parmi les noms donnés aux trous du golf, le seul de Maurice à être baptisés. Les six placés en bord du lagon, permettent d’admirer une partie de l’Île aux Cerfs située en face et entre le trou numéro 4 – Océan drive – et 17 – Turquoise lagoon -, d’où la vue sur la mer reste la plus spectaculaire, les coeurs peuvent balancer longuement avant de fixer leur préférence. Bien que le numéro 4 soit identifié comme le trou signature du Four Seasons Golf Club at Anahita, Patrick Foy avoue son penchant pour le trou 17, tout comme Ernie Els écrivant « qu’il est difficile de surpasser la beauté des vues que la baie et l’océan Indien offrent au golfeur entre le green du 16 et le départ du 17 ». L’ayant pleinement constaté, on abonde complètement dans leur sens. Le parcours s’achève sur le restaurant italien Il Forno intégré au Golf club situé à proximité du 18ème trou. Ouvert aux golfeurs, c’est le point de chute indiqué pour quitter le fairway le temps d’une pause rafraîchissante ou pour un déjeuner léger. Il s’agit d’un site très agréable avec sa vue sur mer et son four à pizza traditionnel ouvert, où les spécialités typiquement méditerranéennes ou les classiques hamburgers, paninis et salades aident à repartir plus conquérant que jamais vers des greens encore à prendre. Le Golf club abrite également un centre de remise en forme et une boutique « pro » fournissant la marque chouchou des pratiquants en équipement de golf, Titleist, laquelle adopte une approche sur mesure en fournissant un matériel adapté à la taille de chacun.

* Ayant intégré le Professionnal Golfer Association à l’issue de trois années de formation minimum.

Une académie pour la recherche de l’excellence

Outre l’initiation gratuite pour séduire Mauriciens et résidents, l’autre fonction de l’équipe des instructeurs consiste à aider les amateurs et les professionnels à se perfectionner à travers l’académie de golf du Four Seasons Golf Club at Anahita. Destinée à élever le niveau du mental et du jeu, l’académie abrite un studio doté du meilleur équipement vidéo et d’un système d’analyse informatique du swing. Le principe consiste à enregistrer le joueur avec deux caméras, de face et de profil lorsqu’il fait un swing et les images captées sont ensuite retranscrites sur un écran pour une analyse en direct de la position du joueur sous trois angles différents. Mais la véritable exclusivité de l’académie, c’est le Trackman, un appareil de haute précision qui enregistre la trajectoire de la balle tapée, la hauteur à laquelle celle-ci est montée, sa vitesse, la distance qu’elle a parcourue, entre autres éléments. Au delà de l’offre de cette technologie appliquée aux plus confirmés, apprendre les bases du jeu, par cours individuel ou en groupe, améliorer son jeu à travers un programme de gestion du parcours ou simplement passer un bon moment en famille en recourant à un programme adapté composent l’offre globale de l’académie.

Le parcours

6800 mètres
72 par
5 aires de départ
6 trous en bord de mer
Ouvert de 7h à 19h

“Nous voulons développer notre identité golf ”

A l’initiative du lancement du golf d’Avalon avant de rejoindre le Four Seasons Golf Club at Anahita, son Golf Head Professionnal a sa propre vision du développement de la discipline. “ Nous avons enregistré 26 000 personnes à Anahita en 2016, nous visons l’objectif de faire monter ce chiffre entre 28 000 à 30 000 cette année”.  Après toute une carrière passée à partager sa passion à la tête de golfs dans 35 pays différents, Patrick Foy, revenu sur ses terres natales il y a peu, veut ouvrir plus largement le Four Seasons Golf Club at Anahita aux Mauriciens et aux résidents à travers deux initiatives phares que sont d’une part, l’initiation gratuite programmée tous les jours et d’autre part, le “Play 4, pay 3”. “Cette offre valable du lundi au vendredi et tous les jours en basse saison est assortie d’un tarif préférentiel sur les repas pris au Il Forno, le restaurant du golf”, explique Patrick Foy. Les Mauriciens ont selon lui une idée tronquée de cette pratique sportive associée à tort à des notions de chèreté et d’exclusivité. Même si entre les dix à vingt premières leçons et l’achat du matériel – sac, clubs, balles, tenue – se mettre au golf demande une mise de départ minimum de Rs 30 000 environ, Patrick Foy veut en finir avec cette étiquette de sport reservé à une poignée de personnes. Dans la poursuite de son objectif du golf pour tous, ce dernier a également commencé à inviter les représentants des tours opérateurs qui commercialisent des séjours du Four Seasons Mauritius et de l’Anahita The Resort, à pratiquer. “N’est ce pas la meilleure façon de parler de ce que l’on vend”, sourit-il. Autre programmation dédiée à faire sortir le golf de sa réputation de sport cloisonné, le Four Seasons Golf Club at Anahita organise chaque dernier vendredi du mois, une démonstration grandeur nature assurée par les instructeurs du green. Un show vert ouvert à tous de 16 à à 18h.

De gauche à droite, le professionnel Pierre-Noël Quirin et le responsable du Four Seasons Golf Club at Anahita Patrick Foy

Contact: Tel : 402 3125
Mail : Patrick.foy@fourseasons.com

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devriez lire aussi

L’idole des jeûnes

Si son prénom Mohandas Karamchand est peu connu,