Cette jeune co-dirigeante d’entreprise récemment élue à la présidence de la Chambre de Commerce et d’Industrie France Maurice* affiche face à la prise de ses nouvelles fonctions une posture qui n’est que le reflet de sa personnalité, faite de dynamisme, d’engagement et de volonté de coopération. 

Catherine Dubreuil-Mitaine aime que ça aille vite. D’ailleurs tout dans sa façon de se mouvoir, de parler, exprime son goût pour l’essentiel, sans se perdre dans les méandres de l’inutile. Française par son père, Américaine par sa mère, elle est née en Autriche, y a fréquenté l’école française avant de rejoindre l’internat en France pour y faire sa terminale. Elle a ensuite successivement étudié à Berlin, Paris et au Mexique, est entrée dans la vie active par la porte de la Société Générale à Paris où elle a officié de nombreuses années avant de rejoindre l’océan Indien par La Réunion, laquelle a servi de tremplin pour rejoindre Maurice. Cette globe-trotter qui aurait pu embrasser une carrière de diplomate, spécialiste en ingénierie financière et stratégie d’entreprise, qui parle quatre langues – français, anglais, allemand, espagnol -, ayant œuvré dix ans en banque d’affaires, monté son entreprise d’ingénierie financière à La Réunion – offre inexistante alors – en suivant en parallèle un cursus en MBA à Maurice et co-fondé M.S. Capital Partners, une entreprise spécialisée dans l’accompagnement des entreprises désireuses de d’investir dans l’océan Indien et en Afrique, n’a que 34 ans. Une première partie de vie menée tambours battants jusqu’à son expatriation actuelle.

« Ce n’est pas sur ma condition de femme, mais plus sur mon jeune âge que je me suis interrogée lorsque j’ai été élue à la CCIFM », sourit la fraiche présidente, mais les nombreux messages de félicitation reçus, issu notamment de femmes l’ont confortée dans sa position, sa fonction et sa mission. « Je les ai pris comme un signal fort me signifiant que c’était tout à fait possible », reconnait-elle.

Convention avec la BOI

Un peu plus de deux mois après son élection, Catherine Dubreuil-Mitaine a apposé sa signature sur une convention passée avec le Board of Investment (BOI) qui permet aux deux organisations de passer à un stade de coopération plus affirmée, fondée sur le partage d’informations et le prospect commun de nouveaux marchés, notamment en Afrique subsaharienne. Car la présidente a une vision claire de sa mandature. Pour elle, la CCIFM doit intégrer la vie économique mauricienne et cette signature de convention est la première étape de son objectif.

L’autre volet de son action vise à démarrer et faire fonctionner le Club Entreprendre France-Maurice, une plateforme dédiée aux petites entreprises et start-up et venant d’intégrer la CCIFM. Associé à celui de ses activités de co-dirigeante d’entreprise, son agenda à la tête de la Chambre où elle anime toujours la Commission des relations régionales promet d’être chargé.

Vivre totalement son rêve mauricien

Mais c’est justement toute cette créativité qui caractérise le monde des affaires mauricien, qui l’a conduite à s’y installer définitivement en mars 2013.« J’ai le goût de l’expatriation. Et j’aime l’agilité et le pragmatisme mauricien, je me sens en phase avec son sens des affaires à l’anglo-saxonne, son ouverture à l’international et j’apprécie d’être dans un pays culturellement riche », explique t-elle. Un point de chute qui correspond donc à un vrai choix professionnel avec l’envie bien chevillée de vivre à fond son expérience, même si la sphère privée se vit en pointillés, son mari étant retenu à La Réunion par ses affaires. Passionnée par tous les sujets liées à la coopération, la géopolitique, même ses activités de loisirs véhiculent ces concepts qui lui sont chers: l’international, l’engagement, la coopération. A l’image de ce road trip effectué en 2015, en bus, avec l’ONG allemande Ampion qui visait à promouvoir les start-up africaines et dont elle fait l’éloge.

« Une belle expérience à travers laquelle nous avions coaché les start-up les plus innovantes, en Namibie, au Ziwbabwé et en Afrique du Sud où la tournée s’est achevée ».

Engagée dans son challenge de chef de file de la CCIFM, on ne sait si le temps lui restera pour s’adonner au ski nautique, une activité qu’elle affectionne et aux voyages, à condition qu’ils soient à connotation culturelle. Mais l’essentiel aujourd’hui pour Catherine Dubreuil-Mitaine vise à vivre intensément son rêve mauricien quel qu’en soit le déroulé.

*La Chambre de Commerce et d’Industrie France Maurice a 10 ans

Créée en 2006 et forte de ses 200 membres, l’association reflète la diversité de l’entrepreneuriat français à Maurice avec près de 40 secteurs d’activité représentés et employant plus de 20 000 personnes. L’association qui organise régulièrement des réunions et des évènementiels pour fédérer et informer ses membres veut renforcer sa visibilité et être davantage reconnue sur la scène économique locale, voire désormais, régionale. La signature de convention le 31 mai dernier avec la BOI marque le début d’une nouvelle ère de coopération. Il s’agit pour l’association d’être reconnue au même titre que la BOI, comme première porte d’entrée pour les investisseurs français sur le point de se lancer dans l’île.

Contact : 466 90 30
www.ccifm.mu

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devriez lire aussi

Les artistes cotés de Serge Patetta

Chagall, Miro, Picasso ou encore Soulages ont toute