Cinq amis ont décidé de « se faire » le pays à l’autonome. En amont du départ, Stéphanie et Caroline Vadé, Romain Latron, Céline de Sousa et Elodie Chareille sont passés par internet pour acheter les billets d’avion, louer un véhicule, réserver la halte pour la première nuit et celle d’une villa au Cap pour conclure leur séjour. Sur place, se laisser porter par le rythme ambiant, l’instant et la route a été la posture décidée et adoptée par les jeunes vacanciers.

Jour 1 : à leur descente d’avion à Johannesbourg, les jeunes gens prennent aussitôt possession de leur véhicule, direction vers un point situé à mi-chemin entre le parc Kruger et le Blyde River Canyon. Ils y passeront leur première nuit dans des petites huttes rondes typiques à toiture de chaume, un campement placé à une heure de l’entrée du Kruger. Un choix dicté par les tarifs plus élevés des hébergements situés à l’intérieur du parc lorsque l’on décide de tracer la route de son propre chef, sans passer par une agence de voyages, car les tarifs sont non négociés. « Nous avons dormi à l’extérieur du parc durant deux nuits, pendant notre visite du Kruger sur deux jours, dans sa partie sud, la plus facile, la plus touristique aussi car c’est là que se trouvent les animaux, alors que le Nord est beaucoup moins fréquenté », explique la narratrice du périple, Stéphanie Vadé. A bord d’un véhicule à 6 places, pour que chacun puisse avoir sa fenêtre pour observer, ils ont été agréablement surpris par le caractère ultra praticable des routes du parc, une caractéristique ayant toute son importance pour sillonner en toute liberté et en toute sécurité. En février, saison pendant laquelle s’y trouvait le groupe, la végétation haute « nous a empêchés de voir les lions regrette Stéphanie, un bémol contrebalancé par une quantité phénoménale de bébés girafes et de bébés éléphants, des scènes tellement émouvantes ».

 

Pas de fauves, mais de nombreuses girafes

Des cartes signalant l’emplacement des animaux

Le Kruger est essaimé de nombreux campements protégés des animaux, où l’on y trouve de quoi se loger, se restauer, acheter des babioles artisanales et « chose très intéressante, des cartes actualisées chaque jour sur l’emplacements des animaux, des informations dédiées aux personnes voyageant en autonome et fournies par les rangers ou les guides de randonnées. Des élément très précieux, alors qu’aucun guide voyage n’en fait état », regrette Stéphanie. Entré par un point et sorti par un autre du parc, le groupe prend ensuite la direction du Blyde River Canyon. Il emprunte la route qui suit le long du canyon, pour profiter d’une enfilade de panoramas tout aussi époustouflants les uns que les autres. Situé dans la partie nord de la chaîne de montagne des Drakensberg, le canyon, traversé par la rivière Blyde qui fait 26 kilomètres de longueur et 800 mètres de profondeur est l’un des sites touristiques les plus importants de la province du Mpumalanga avec le parc Kruger. Donné comme troisième plus grand canyon du monde selon l’office du tourisme sud-africain, il est la quatrième attraction touristique du pays, avec près d’un million de visiteurs par an. «  A juste titre », s’exclame Stéphanie. Parmi les vues les plus célèbres et les plus belles du canyon, « God’s Window », plonge de 700 m sur les réserves sauvages proches du Kruger et celle donnant sur les « Trois Rondavels » qui rappellent des huttes africaines, sont les deux citées comme références. « Après s’en être mis plein les yeux depuis la route, nous avons décidé le lendemain de randonner jusqu’aux sources de la fameuse rivière du canyon et là sommes tombés sur un incroyable enchaînement de cascades et de bassins, qui invitaient à la baignade. Plongeons et bronzette ont fait le gros de notre journée sur un site où nous étions seuls !! C’est certainement le paysage naturel le plus fantastique que j’ai découvert durant mon séjour », reconnaît Stéphanie. A l’issue de ces jours passés dans la province du Mpumalanga, le groupe rejoint Johannesbourg pour prendre un vol intérieur en direction du Cap. « Il est toujours plus intéressant d’atterrir à Johannesbourg pour ensuite prendre un vol intérieur, c’est plus économique », conseille Stéphanie. Dans la région du Cap, le groupe n’a pas dédaigné les grands classiques que sont la Table Mountain en téléphérique, les balades sur les plages, dont la mythique Camp Bay, le Cap de Bonne Espérance « qui dégage ce petit côté bout du monde absolument unique » et la route des vins bien sûr.

Cinq amis partis sur un mode semi aventure

 

Découvertes en journée, soirées barbecue à la maison en soirée

Sur ce dernier point, le groupe s’est laissé porter par leur envie d’aventure en empruntant les petites routes sur le mode de l’improvisation totale. Belles dégustations et beaux spectacles formés par les vignes se détachant en premier plan des montagnes se rappelle t-elle avec une seule contrainte ici, celui de désigner d’emblée celui ou celle qui ne boira pas, « car c’est tolérance zéro pour l’alcool au volant en Afrique du Sud ». Mais la jeune femme a surtout été marquée par l’émotion ressentie lors de leur randonnée effectuée sur la Montagne du lion, – à cause à sa forme qui ressemble à un lion qui dort – au coucher du soleil, avec la Table Moutain à gauche. Des images données pour impérissables, elle le sait. Sur l’aspect pratique quotidien – où dormir, où manger -, le groupe a opté pour la location d’une villa avec jardin et piscine – bien adaptée pour les barbecues en soirées. La narratrice fait état d’une tentative de sortie dans la ville du Cap le premier soir de leur arrivée. Mais le ressenti anxiogène quant à la vision d’une quantité de personnes sortant comme par enchantement de la pénombre à la tombée du jour ne leur a pas donné envie de réitérer l’expérience. « Découvertes en journée et tranquilles à la maison le soir, nous avons adopté cette formule sur toute la durée de notre séjour au Cap». Intéressant également le prix des vacances sous cette formule à l’autonome, soit pour chacun des membres du groupe 1000 euros pour 15 jours, billet d’avion inclus. Un rapport qualité-prix des plus incitatifs.

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devriez lire aussi

Le Noël des Anges du Soleil sera le 16 décembre

Anges du Soleil fait partie de la plateforme