Quand on évoque Maurice, on pense volontiers aux grands hôtels, aux plages prises d’assaut et aux ballets incessants des bateaux et jet skis le long des côtes. Pourtant, dans le sud-est de l’île, nulle trace de cette agitation. Sur invitation de la Compagnie de Beau Vallon, La Gazette a découvert le temps d’une journée, les richesses insoupçonnées d’une région à la fois, encore sauvage et en pleine mutation. 

Les brochures touristiques ont coutume de présenter l’île Maurice comme un banc de sable paradisiaque perdu au milieu de l’océan Indien. Ce n’est pas faux, mais tout de même un peu réducteur… Car Maurice c’est aussi des paysages authentiques, sauvages et grandioses. On s’en aperçoit vite quand on met le cap vers le sud-est de l’île qui permet une immersion sans pareil à l’intérieur des terres. Dieu que ça bringuebale en bus pour y accéder, mais le chassé très bien gardé de la Compagnie de Beau Vallon, connu sous le nom de Chemin Français et qui sera le point de départ de notre excursion, vaut déjà le détour. Situé en hauteur, ce chassé offre une vue panoramique sur la splendide vallée de Beau Vallon avec la mer en toile de fond.

Ce chassé tire son nom de l’époque où l’île était française, et durant laquelle les habitants décidèrent de créer un chemin à Mahébourg pour aller jusqu’à Port-Louis. Cette première halte qui nous permet déjà d’en prendre plein la vue confirme décidément la capacité de l’Île Maurice à surprendre!

Riche en Eau

 

Le château de Riche-En-Eau et ses 8 bassins

Après une succulente pause-café qui permet aux gérants de la Compagnie de Beau Vallon de nous accueillir tout en nous contant l’histoire du groupe, vieille de plus de 200 ans, on reprend le minibus pour découvrir l’autre attraction de la journée, le château de Riche-en-Eau qui porte bien son nom! Entouré de huit bassins creusés par la main de l’homme, ce château aux allures d’ancienne maison coloniale plantée sur un domaine de 30 000m2 est l’une des plus grandes fiertés du patrimoine national. Pour la petite histoire, ce château se trouvait en fait d’abord à Plaisance, où il a été construit par la famille Bissy en 1870.

En 1890, la famille mauricienne Rochecouste achète le château aux propriétaires, le démonte et le reconstruit à Riche-En-Eau. La bâtisse, qui comptait deux étages, en a perdu un pour récupérer en contrepartie un majestueux jardin. L’endroit et ses alentours cachent également plusieurs ruisseaux et rivières, et surtout une cascade. Le château de Riche-En-Eau qui a même été sous les feux des projecteurs lors du tournage de la série télévisée Paul & Virginie dans les années 70 est ouvert au public, chaque année en avril, à l’occasion de la journée mondiale du patrimoine.

 

La si paisible baie de Mahébourg

Notre excursion se poursuit le long de la baie de Mahébourg. Souvent comparée à la baie du Morne, la baie de Mahébourg est l’un des plus beaux laons de l’île. En effet, avec sa vue imprenable sur la montagne du Lion et sur les champs de cannes à sucre qui descendent jusqu’à la mer, elle offre un panorama à couper le souffle! Si l’endroit est si spécial, c’est aussi parce qu’il n’a jamais été urbanisé. Véritable paradis pour les férus de pêche, le lieu a la particularité de regorger de poissons de très grosse taille, ayant pour habitude de rôder au large. Mais on nous prévient: la patience s’impose pour ramener un marlin bleu, un requin, une bonite, un pèlerin ou un barracuda.

Pour les moins costauds, pas d’inquiétude, la pêche à la palangrotte est également très pratiquée dans la baie. Sur leurs petites barques colorées, les pêcheurs mauriciens se feront un plaisir de vous faire partager leurs astuces, la pêche se révélant être une échappée séduisante pour explorer au mieux les eaux turquoise de la baie de Mahébourg.

Compétition d’hydrofoil dans le lagon de Pointe d’Esny

 

Le spectacle saisissant de l’Hydrofoil Pro Tour

Notre balade nous emmène ensuite vers le spectacle atypique qu’est celui de la cinquième manche de l’Hydrofoil Pro Tour avec les championnats du monde de kitefoil. S’étant déroulée dans le lagon de Pointe d’Esny du 19 au 22 septembre derniers, cette compétition a aussi vu des étapes programmées à Ventana au Mexique, à Villeneuve-lès-Maguelone en France, à San Francisco aux États-Unis et à Fehmarn en Allemagne. Ce fut donc un grand honneur pour Maurice d’accueillir un tournoi de cette envergure.

Ambiance, aventure et adrénaline étaient au rendez-vous de cet événement de prestige, que nous avons pu suivre à bord d’un catamaran.  Ce spectacle de kitefoilers qui tels des danseurs de ballet évoluant sur la mer cristalline était on ne peut plus impressionnant… C’est la deuxième fois que l’Hydrofoil Pro Tour – retransmis dans plus de 135 pays – a choisi comme spot d’exception la Pointe d’Esny.  Mais il n’y a rien d’étonnant à cela, nous expliquent les passionnés, les conditions de vent et les plans d’eau sont idéaux pour la pratique de ce sport ici. Le vent n’est pas très fort, le lagon est calme, il y a peu de clapots et la couleur turquoise de la mer est envoûtante. Après Pointe d’Esny à Maurice, les foilers mettront le cap sur Sydney en Australie, du 14 au 18 novembre, où se tiendra la finale.

 

En faveur d’une vie à la campagne

Après un déjeuner savoureux au Preskil, un des hôtels de la Compagnie de Beau Vallon, nous repartons vers le village de Riche-En-Eau pour prendre connaissance d’un projet qui verra bientôt le jour dans la région. En effet, dans l’optique de répondre à la demande croissante d’un cadre de vie dans un environnement paisible et préservé, le département foncier de la Compagnie de Beau Vallon se penche également sur un plan d’aménagement à Riche- en-Eau ayant l’objectif d’en redynamiser le coeur et de faire revivre le petit commerce de proximité en tirant parti de son cadre exceptionnel et des vestiges du passé. La commercialisation du lotissement du Ruisseau Tranquille – 73 lots en toute propriété avec cahier des charges et syndic – et la rénovation récente de nombreuses maisons de propriété liée à une forte demande locative témoignent du regain d’intérêt pour une vie à la campagne.

La Compagnie de Beau Vallon a une forte volonté de préserver le cachet d’origine et le paysage naturel de Riche-En-Eau tout en développant l’offre de loisirs tels que le trail, le VTT et notamment les sports de nature. De ce fait, la localité sera bientôt amenée à être le cœur des projets de loisirs du groupe.

 

Le sud-est, une terre de découvertes

Une côte rocheuse balayée par les alizés, des gerbes d’écume venant s’échouer sur les hautes falaises noires, des cascades au cœur d’une végétation luxuriante, le pont de la Ville Noire ou l’envoûtante Mahébourg, c’est aussi cela le sud-est de Maurice! L’attrait irrésistible de cette région repose non seulement sur sa géographie particulière mais aussi sur ce qui constitue son essence: un beau mélange d’histoire, de simplicité et d’authenticité. Sillonner la côte sud s’avère définitivement indispensable lorsque l’on voyage les routes mauriciennes.

Nos hôtes nous rappellent que toute cette beauté est aussi enracinée dans un passé riche en histoire. La fameuse bataille du Vieux Grand-Port est même inscrite sur l’Arc de Triomphe comme étant la seule bataille navale napoléonienne gagnée contre les Anglais. 

A partir de Riche-En-Eau, les flâneries dans les villages du Sud pour goûter aux bons petits plats typiques, parler aux habitants et devenir contemplatif face à la beauté des les paysages, – au risque de ne plus vouloir rentrer chez soi -, sont à inscrire au programme.

On comprend pourquoi, le Sud sauvage est non seulement une référence quant aux endroits les plus intacts de l’île, aux falaises rugueuses, mais également au fait que la culture, la beauté et la bienséance des habitants sont restées authentiques et vraies. Notre balade se termine donc comme pour tous ceux qui ont parcouru cette belle région: avec une étincelle dans les yeux et le sourire aux lèvres!

 

Compagnie de Beau Vallon Ltée: un groupe intimement lié au sud-est de l’île

La Compagnie de Beau Vallon Limitée a été constituée en 1921. Elle a, toutefois, commencé ses activités en tant que producteur de canne à sucre et usinier au début des années 1800 avant de diversifier ses activités agricoles – notamment dans la production de pommes de terre, d’oignons, de cœurs de palmiers, de pépinières et d’élevage extensif de cerf. Elle s’organise, aujourd’hui, autour de quatre pôles d’activités qui sont « Agriculture », « Hôtellerie », « Immobilier » et « Corporate Services ». Le groupe exploite, aujourd’hui, 4 900 hectares de terres agricoles. Celles-ci se composent, d’une part, de la propriété sucrière d’origine sur 3 500 hectares, située à Riche-en-Eau, qui s’étend de la mer à Pointe d’Esny jusqu’à Chemin Français et depuis Le Val jusqu’à Midlands et, d’autre part, des 1 400 hectares du groupe Union dont le rachat a été effectué en 2011. Ces terres s’étalent quant à elles depuis les falaises d’Andréa surplombant l’océan, jusqu’aux hautes terres de Bois Sec à plusieurs kilomètres de là. C’est dire jusqu’à quel point la CBVL a participé au développement de la région du sud-est contribuant ainsi à son expansion.Aujourd’hui la société veut plus que jamais s’engager, à la sauvegarde du patrimoine naturel et historique et à mettre l’humain au centre de tout développement.

Remerciements Compagnie de Beau Vallon Ltée

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devriez lire aussi

L’idole des jeûnes

Si son prénom Mohandas Karamchand est peu connu,