A l’issue de cinq ans de collecte de graines, de jeunes pousses, de boutures récoltés dans la nature, auprès d’amis et de passionnés, la pépinière Anbalaba comptabilise aujourd’hui plus de 30 000 plants pour végétaliser les espaces du programme immobilier, déjà visible par les premiers tracés des voies d’accès. La valorisation du site par les jardins, fait en effet, partie des concepts forts de l’IRS du Sud.

Aux commandes de la constitution de la pépinière se trouve Cécilia Bouigue Robert, directrice associée d’Anbalaba, enracinée depuis 10 ans dans l’île suite à son mariage avec un Mauricien. Accompagnée dans sa tâche de collectionneuse de variétés par Alain Geoffroy, un jardinier natif de Baie du Cap, les deux complices n’en finissent pas d’expérimenter, de confronter leurs trouvailles, de partager les surprises, bonnes et moins bonnes et de grandes satisfactions. Quoi de plus logique que de s’attribuer la fonction de responsable de pépinière lorsqu’on est ingénieur en agro-développement sorti de l’ISTOM*? Car si les connaissances sont indispensables pour conduire à bien cette mission verte, c’est la passion qui lui donne tout son sens. Premier objectif de la pépinière, fournir en arbres et buissons fleuris les 2300m qui délimitent le terrain du programme immobilier.

Jouant sur l’opposition arbres à croissance rapide et buissons fleuris, de jeunes badamiers, flamboyants et tékomas cohabitant avec les bougainvillées, lauriers et hibiscus forment déjà la clôture du domaine, en répondant à une priorité, celle de donner du relief aux couleurs, un point sur lequel a beaucoup travaillé la jeune femme.

 

Zone non constructible convertie en forêt

Pour démarquer les parcelles en revanche, c’est la cordyline, des arbustes à feuilles rouges, qui a retenu son intérêt. Le second objectif de la pépinière vise à constituer une forêt de plantes endémiques dans les zones non constructibles du terrain. « Mais il a fallu d’abord planter des arbres à croissance rapide pour créer l’ombre dont ont besoin les espèces endémiques », explique Cécilia. Ces zones non habilitées à recevoir des habitations ont déjà été transformées en vergers en accueillant cocotiers, mandariniers, pamplemoussiers, avocatiers, etc… Les plants serviront aussi à habiller la promenade prévue par le plan de l’IRS qui partira de la route côtière jusqu’à la partie commerciale, ouverte aux personnes extérieures. Un itinéraire alternant jeux pour enfants et îlots de végétation et sur lequel le promoteur a travaillé avec des architectes paysagistes.

Outre se tenir prêts à arborer les parcelles prochainement livrées, élever des plantes en pépinière, qu’elles se placent dans la catégorie exotique, endémique ou à vocation alimentaire permet d’acquérir des connaissances sur leur comportement en situation et d’affiner le meilleur rapport entre variété et emplacement. C’est ainsi que d’incroyables collections de palmiers, de bougainvillées, d’hibiscus, de dracaenas – dont l’endémique bois de chandelle – ou encore de pandanus – dont le vacoas – attendent de prendre leur place définitive sur les contreforts de Baie du Cap.

 

Fruits et légumes dans chaque jardin

Appliquées aux futurs villas et appartements d’Anbalaba, les plantes ne seront pas seulement décoratives, le promoteur les souhaitant aussi à connotation fruitière et potagère. « Chaque entité comptera au moins un arbre fruitier et quelques plantes potagères, les arbres destinés à monter haut et à s’étaler comme les letchis étant réservés aux villas bâties sur une surface de terrain plus grande, avec le projet que la production de fruits et de légumes aille ensuite rejoindre une coopérative pour être vendue à tarif préférentiel », selon le chef de projet. L’on peut s’attendre à de belles surprises lorsque l’ingénieure laisse entendre que les jardins seront d’autant plus intéressants lorsqu’ils seront associés aux habitations ayant une vue restreinte sur la mer. « Ceux-là seront traités de façon à contrebalancer ce handicap en faisant office de spectacle permanent, vivant et coloré et les résidents jouissant d’une vue dégagée sur la mer en viendront à envier ceux qui n’en auront pas » promet-elle, avec un enthousiasme on ne peut plus communicatif.

 

Anbalaba a ouvert son bureau de vente

Sur la route côtière, niché dans l’ancien poste de police de Baie du cap, restauré dans le respect des règles de conservation du patrimoine architectural, le bureau de vente a ouvert ses portes. Ayant conservé sa structure d’origine, ce bâtiment à charpente apparente illustre en partie l’implication du promoteur à conserver l’âme du site et à impliquer les habitants du village et alentours dans la conduite du programme immobilier. La coopérative Plankton de Bel Ombre, spécialisée dans le recyclage de verre a ainsi fourni le matériau ayant servi à faire un beau sol en terrazo.

Tél :+ 230 54 99 31 01

* Ecole Supérieure d’Agro-Développement International

CONTACT PROMOTEUR
BOUIGUE DEVELOPPEMENT
contact@anbalaba.com
Tél France : +33 (0)1 56 02 03 13 
Tél Maurice : +230 622 11 39

 

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devriez lire aussi

L’offre résidentielle de Mon Trésor dévoilée

Sur la base du concept vivre, travailler et