Soulever de la fonte deux heures par jour, en transpirant comme une bête et en risquant la blessure à chaque mouvement… C’est fini ! En important, à Maurice, la technique de l’électro-stimulation  musculaire intégrale, les salles Studio BodyTech proposent une nouvelle façon de concevoir le renforcement musculaire, au cours de séances de seulement vingt minutes ! 

Ancien moniteur de plongée, puis coach sportif, Greg Deweer le reconnaît bien volontiers, il s’est montré sceptique quand son ami Olaf Masson lui a présenté, il y a quelques mois, les équipements sportifs, basés sur une technologie allemande, qu’il comptait importer à Maurice.

Une combinaison, dotée d’électrodes, stimule tous les grands ensembles musculaires

«Olaf m’a montré ses brochures et une vidéo… Mais ça avait l’air trop beau. Une technologie qui permet, en vingt minutes, et sans poids ni banc de musculation, d’obtenir des résultats comparables à une session d’une heure trente à deux heures d’exercices ‘classiques’ je n’y croyais pas! ».«De mon côté, explique Olaf  Masson, je voulais vraiment travailler avec Greg. Il est connu, dans le Nord. C’est un coach sérieux et rigoureux…et ça se sait ! »

Alors, pour sortir de l’impasse, l’entrepreneur n’a pas hésité à envoyer le moniteur sportif en Afrique du Sud, où des salles exploitent déjà ce système. Et la conversion n’a pas été longue à venir : « c’est incroyable, explique Greg. Cette technologie révolutionne vraiment la pratique du fitness ! » De quoi s’agit-il exactement ? Le client est équipé d’une combinaison comportant des électrodes. Celles-ci délivrent, sur les principales zones du corps, des impulsions électriques dont l’intensité est exactement identique aux impulsions que le cerveau envoie naturellement à un muscle pour le contracter ! En accompagnant ces stimulations par des exercices adaptés, on combine la contraction du muscle et l’action du geste effectué ! Et cela sans haltères ni poids, et donc sans risque articulaire. « Ce qui est exceptionnel avec cette technique, explique, Greg, c’est que l’on peut l’utiliser pour des objectifs différents. Une remise en forme après des années d’inactivité, une perte de poids ou de cellulite, du gainage, un travail localisé sur la ceinture abdominale ou sur les dorsaux, une reconstruction du plancher pelvien après un accouchement ou un travail de réhabilitation après une blessure… tout est possible. Il suffit d’adapter le geste au but recherché ! » Ajoutons, pour être complet, que cette technologie permet de faire travailler l’ensemble du corps, de façon harmonieuse, et qu’elle consomme en moyenne cinq à six cents calories par séance de vingt minutes !

Des sportifs de haut niveau s’en sont déjà emparés et il paraît que l’homme le plus rapide du monde, Hussein Bolt, lui-même, l’utilise régulièrement…

D’abord septique, Greg Deweer (à gauche), est maintenant parfaitement convaincu de l’efficacité de cette méthode

 

Deux salles BodyTech… pour commencer

La première salle Studio BodyTech de Maurice est opérationnelle depuis quelques jours seulement. Elle est située dans un cadre exceptionnel, au sein de la Yoga House du domaine Labourdonnais, à Mapou, près de Grand-Baie. Elle ne comporte que deux postes, afin de préserver le caractère exclusif du conseil et de la supervision du coach. Les fenêtres de cette superbe salle donnent directement sur le château de Labourdonnais !

Une autre salle ouvrira bientôt à Floréal, dans le nouveau centre commercial SoFlo. Mais la vocation de Studio BodyTech est d’ouvrir bien d’autres salles : « les séances durent 20 minutes, rappelle Olaf Masson, il est donc hors de question d’avoir à faire une heure de voiture pour venir s’entrainer ! Nous avons donc l’intention d’ouvrir des salles partout où se sera possible, pour que nos clients puissent profiter partout de cette nouvelle façon de faire du sport. »

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devriez lire aussi

7 Mauriciens médaillés d’or à la Coupe de voile de l’océan Indien

Cette année, la compéttion a été marquée par