• Le tourisme médical en pleine expansion à travers le monde
  • 16 millions de patients se rendent à l’étranger pour recevoir des soins en 20121
  • Le marché était estimé à pas moins de 60 milliards de dollars en 20152.

A l’instar des pays d’Europe, d’Asie et d’Amérique du Sud qui ont choisi d’investir dans le secteur et rencontrent un grand succès dans la prestation des soins aux patients étrangers, l’île Maurice veut également se faire une place sur ce marché en pleine expansion. L’Etat mauricien, notamment à travers le Board of Investment (BoI), s’est même fixé comme objectif d’accueillir 100 000 patients étrangers d’ici 2020. L’île Maurice ne manque pas d’atouts, toutefois un long chemin reste à parcourir afin de se positionner sur ce vaste marché.

Ils n’étaient pas loin de 16 000 touristes médicaux à avoir choisi l’île Maurice en 20153. Cela démontre une belle progression en comparaison aux 1 000 patients étrangers reçus en 20064. Ce sont principalement pour les chirurgies plastiques et esthétiques, les soins dentaires, orthopédiques, la greffe de cheveux et la fécondité in-vitro, que ces étrangers font le déplacement à Maurice. Selon les observateurs, dont le BoI, ces derniers ont été influencé par la beauté des lieux, la qualité et la variété des soins disponibles, les prix avantageux, la gentillesse des Mauriciens et la situation politique stable du pays, dans leur décision de se faire soigner chez nous, au soleil. Néanmoins, la croissance reste au ralenti et a de la peine à s’accélérer. Ce qui fait que nous sommes très loin des 100 000 patients annoncés pour 2020.

Les différents acteurs du secteur, notamment les établissements de santé qui accueillent des patients étrangers, trouvent que cet objectif n’est pas réalisable sans de gros efforts de la part du gouvernement. « Nous avons commencé il y a 15 ans et avons été les pionniers dans ce secteur à l’île Maurice. Il est vrai que nous avons fait du bon boulot. Nous sommes heureux d’y être arrivés, mais le secteur du tourisme médical reste très fragile. Je dirais que nous avons tout juste démarré », dit Gérard Guidi, directeur du Centre de chirurgie esthétique de l’océan Indien (CCEOI), à Trou-aux-Biches. « Le tourisme médical est stable et évolue à petits pas », soutient, pour sa part, le Dr Mukesh Sooknundun, directeur de la Clinique du Nord à Baie du Tombeau. Ainsi, après 15 ans à mettre en place l’industrie du tourisme de santé, Maurice peine à se positionner d’avantage sur ce marché. Pourquoi ?

« Il faut déjà définir ce qu’est le tourisme médical », affirme Gérard Guidi. « Par exemple, un patient qui se fait une entorse sur la plage et se fait soigner dans un établissement mauricien ne peut pas être considéré comme du tourisme médical ! » En effet, le terme de « tourisme médical » ou « tourisme de santé » recouvre des réalités divers, donnants lieux à plusieurs définitions. Un touriste médical est personne qui voyage pour recevoir des soins programmés. On considère ici que la notion englobe tant les soins, dits, de confort ou esthétiques – souvent associés à des visites touristiques – que les prises en charge des pathologies lourdes.

Aujourd’hui, il semblerait que cette définition ne soit pas intégrée par tous, notamment lors de la compilation de données, cela même par certains établissements de santé. Pourtant, cette définition a l’avantage d’exclure statistiquement les touristes pris en charge en urgence et les personnes étrangères résidant à Maurice et recevant des soins. « Le tourisme médical veut dire se faire traiter en dehors de son pays d’origine et, en même temps, se divertir ou être en vacances », résume le Dr Sooknundun.

A Maurice, vis-à-vis de la définition donnée plus haut, cela implique que nous devons, d’ores et déjà, exclure la partie de traitements de pathologies lourdes. Nous avons certes, des compétences et continuons à en acquérir d’avantage. Cependant, nous ne pouvons pas ignorer le fait qu’en 2015, l’Etat mauricien a référé 2425 patients vers des établissements étrangers pour des traitements avancés indisponibles à Maurice. En mars de cette année, le ministère de la Santé a annoncé que les Mauriciens ne devront plus se déplacer en Inde pour des interventions avancées, car les médecins se déplaceront eux-mêmes à Maurice. Les établissements de santé locaux seront aménagés avec les équipements de pointe afin de permettre cette transition. Néanmoins, les car « urgents » seront toujours envoyés en Inde et à La Réunion. Ainsi, il est important de définir quelle part du marché international des soins l’île Maurice veut acquérir. Vraisemblablement, nous somme plus aptes à nous diriger vers la branche de tourisme esthétique, plus que le tourisme médical en général.

… le secteur du tourisme médical reste très fragile. Je dirais que nous avons tout juste démarré !  – Gérard Guidi – directeur du Centre de chirurgie esthétique de l’océan Indien

Tourisme médical: Quelle place pour Maurice ?

 

Les freins du secteur

L’Île Maurice est considérée par de nombreux globe-trotters comme une île paradisiaque. En effet, la grande qualité de nos prestations fait que le Tourisme mauricien connaît une telle expansion (1 151 723 touristes en 2015, représentant des revenus de 50,2 milliards de roupies6). Néanmoins, le fait d’être une destination « de luxe », avec un cout de billet d’avion de 1 000 euros par personne (hors périodes de pointe) en provenance d’Europe est un premier frein au développement du tourisme de santé à Maurice.

Tous les acteurs interrogés sont unanimes à ce sujet. « L’île Maurice n’est pas une destination low cost, mais une destination de classe. En comparaison, un vol aller-retour Toulouse-Marrakech peut coûter aussi bas que 80 euros », souligne Gérard Guidi du CCEOI. « La principale faiblesse de l’île Maurice, pour ce qui est du tourisme médical, est le coût élevé des billets d’avions et la faible capacité de vols vers notre destination », renchérit le Dr Rajat Goswamy, directeur médical du Harley Strret Fertility Centre à Floréal, Curepipe. « Nous devons prendre exemple du groupe Emirates et ouvrir l’île Maurice au monde, comme ils le font pour Dubaï. Il faudrait que Maurice travaille avec eux et divers autres opérateurs comme AirAsia, Kenya Airways, Jet Airways, pour ne citer qu’eux, afin d’encourager le secteur du tourisme médical », presse ce dernier. Cela permettrait de ne pas se fier uniquement sur une part de marché déjà surexploitée (Europe, Etats Unis) et construire un tourisme de santé régional.

Selon le directeur de la Clinique du Nord, le coût élevé des chambres d’hôtels est également un obstacle pour cette industrie à Maurice. « La combinaison vacances et chirurgie esthétique, par exemple, est une belle offre. Cela permet de joindre l’utile à l’agréable. Pour cela, il faut absolument augmenter le nombre de vols et diminuer les coûts des billets d’avion et des frais d’hôtel. » Néanmoins, il ne faut pas oublier qu’il existe deux types de flux de patients étrangers. Le premier va des pays développés vers ceux au niveau de vie moins élevé, car les soins peuvent y être de bonne qualité et substantiellement moins chers. Le second flux concerne les classes aisées ou moyennes des pays en développement, émergents et pétroliers (par exemple de la péninsule arabique) qui souhaitent une meilleure qualité de soins. Donc, il faut arriver à réaliser des offres attirantes sans pour autant faire du low cost.

Le marché évolue très lentement en raison de la mauvaise connectivité aérienne, les tarifs élevés des vols et les hôtels ne proposant pas des packages attirants. Nous sommes en concurrence contre l’Afrique du Sud, l’Inde, la Malaisie et le Singapour. A moins que nous travaillions sur ces trois facteurs, il est peu probable que les objectifs souhaités par le BoI seront atteints.  Dr Rajat Goswamy– directeur médical du Harley Strret Fertility Centre

 

Manque de communication

A ce jour, le manque de communication sur l’île Maurice en tant que destination de tourisme médical pose également problème. « Nous ne bénéficions pas d’un appui marketing de la part du gouvernement. Chacun fait sa propre communication de son côté, selon ses propres moyens. Il n’y a pas de coordination entre les différents opérateurs. Résultat : les touristes et patients étrangers ne savent même pas ce que Maurice peut leur offrir. Nous devons avoir un marketing plus agressif et plus soutenu », réclame le Dr Siddick Maudarbocus, directeur clinique de Les Mariannes Wellness Sanctuary Mauritus. Il est d’avis que les professionnels du tourisme peuvent tout autant bénéficier du développement du secteur que les professionnelles de santé.

Dans cette même optique, Le Dr Rajat Goswamy propose que les hôteliers et tour-opérateurs doivent également être encouragés à s’impliquer encore plus dans ce segment. « Le gouvernement et la MTPA (Mauritius Tourism Promotion Authority), doivent travailler de concert avec les hôtels afin de proposer de meilleures offres aux touristes médicaux. » Ces derniers sont, vraisemblablement, sont les plus expérimentés dans la promotion du tourisme.

Cependant, le directeur de la CCEOI n’est pas du même avis. « Nous avons déjà travaillé avec des tour-opérateurs dans le passé, mais cela n’a pas marché. Vendre un séjour pour des vacances et faire une proposition pour le tourisme médical, ce n’est pas la même chose. A chacun son métier ! Faire venir des patients dans un pays étranger est un travail énorme, demandant beaucoup de compétences, de patience et une approche adéquate du patient. Toute personne allant dans un pays étranger pour se faire soigner a, forcément, des appréhensions. Il doit savoir où il va et à quoi s’attendre », précise-t-il.

Ainsi, depuis sa création, le centre de Trou aux Biches a préféré investir plus de 2 millions d’euros pour le marketing à l’étranger, notamment via la publicité sur diverses plateformes de communication : sites Internet, réseaux sociaux, création et distribution de magazines en local, à l’international et à bord des avions. « Aujourd’hui, notre centre à l’île Maurice est reconnue internationalement comme la destination pour la greffe des cheveux. Nous n’y serions pas arrivés sans notre présence sur le terrain, nos déplacements pour des interventions à l’étranger et surtout nos clients. Certains d’entre eux nous ont donné droit à l’image et ils sont nos ambassadeurs, car ils ont été très satisfaits de nos prestations. Ainsi, 50% de nos patients sont recommandés par d’autres patients. »

Opter pour une stratégie globale favorable à la standardisation des soins

Ayant fait du tourisme médical un des secteurs d’avenir, le gouvernement doit ouvrir la possibilité à certains établissements de santé d’avoir des accréditations internationales pour mieux valoriser leur expertise à l’international, surtout, dans le champ du tourisme l’esthétique. Dans ce contexte, il convient de doter notre pays d’une stratégie pour promouvoir « la qualité des soins de santé mauriciens » à l’étranger.

« Le gouvernement doit booster la visibilité de nos prestations, contrôler le niveau des soins dispensés par des médecins/chirurgiens qualifiés et très compétents », recommande le Dr Sooknundun. En effet, les compétences médicales de notre pays sont encore peu valorisées et on observe davantage de stratégies isolées de la part des acteurs que l’esquisse d’une politique nationale.

En outre, pour ne pas creuser les écarts entre les structures publiques et garantir l’acquisition de parts de marché les établissements de santé mauriciens doivent agir de manière concertée. « Il faut que les gens travaillent de la même façon et respectent la même qualité de prestations, standardisées et en synergie. Si on ne se concerte pas et que nous passons notre temps à nous critiquer les uns les autres, nous allons faire peur aux gens. Evidemment, si nous avions une synergie et que tout le monde se regroupait, cela irait plus vite. Nous aurions une force unie », avance Gérard Guidi.

Ainsi, il faut organiser la vitrine des compétences à l’étranger. Pour commencer, il peut être intéressant de miser sur quelques spécialisations du tourisme esthétique bien prises en charge dans certains établissements qui seraient « fléchés » comme centres de référence, à l’image de ce que pratique d’autres pays. A Maurice, par exemple, on pourrait miser sur le CCEOI qui est devenu une référence en matière de greffe de cheveux. D’autres sous-secteurs niche pourraient se développer en ce sens.

Meilleure prise en charge des touristes médicaux

L’île Maurice fait partie des destinations touristiques les plus prisées au monde et elle est mieux située géographiquement que certains de ses concurrents régionaux. Certes, nous sommes loin du continent Européen et des Etats Unis, mais cela n’a pas empêché notre destination « carte postale » d’attirer 446 389 touristes européens en 20157, dont 254 3628 Français. En même temps, le tarif aérien vers notre pays est effectivement élevé en comparaison à certains de nos concurrents, mais il ne faut pas oublier ce qui attire ces visiteurs : l’hospitalité mauricienne, soit la gentillesse des locaux et la grande qualité de nos prestations de niche (voir les autres atouts de Maurice en hors-texte).

Le gouvernement doit booster la visibilité de nos prestations, contrôler le niveau des soins dispensés par des médecins/chirurgiens qualifiés et très compétents – Dr Mukesh Sooknundun. – directeur de la Clinique du Nord

Par conséquent, si l’île Maurice veut attirer des patients étrangers tout en préservant les valeurs de son système de soins, deux stratégies complémentaires doivent être adoptées : accueillir des patients non résidents de manière encadrée et vendre certains services. « Cela a très bien marché avec le tourisme. Le sens du service mauricien est très développé et c’est bien là, la force de notre destination. Il faut le mettre à profit du tourisme médical et offrir un maximum de prestations pour accueillir les patients. Il faut prendre les gens par la main et, surtout, qu’ils ne se sentent pas seuls », préconise le directeur du CCEOI. En d’autres termes, pour garantir des soins de qualité et faire face à la concurrence, la prestation ne doit pas se limiter à l’acte technique. S’ils le souhaitent, les hôpitaux doivent pouvoir répondre à des demandes de devis dans des délais serrés, gérer la préparation du séjour (visas, transport, etc.) et suivre les patients avant et après l’acte médical (services de traduction, suivi post-opératoire, etc.). Ainsi, une coopération nationale entre les secteurs de la santé et du tourisme doit être mise en place pour attirer les touristes médicaux et du bien-être.

En conclusion, développer le tourisme médical nécessiterait une stratégie nationale avec deux leviers complémentaires : l’île Maurice doit à la fois organiser la venue de patients étrangers sur son territoire, de manière encadrée, et favoriser le rayonnement de son système de santé et la « projection » de ses compétences à l’étranger. Une telle stratégie doit bien définir les compétences du pays, afin de ne pas se tromper de cible et servir à améliorer les prestations rendues aux patients.

Références:

1 et 2 : Rapport de France Stratégie datant de mars 2015 – www.stratégie.gouv.fr
3 et 4: Board of Investment – www.investmauritius.com
5 : Ministère de la Santé – Health Statistics Report 2015 – health.govmu.org
6, 7 et 8 : Statistics Mauritius – statsmauritius.govmu.org

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devriez lire aussi

Les nouvelles licences professionnelles de l’Institut Escoffier

Actif sur le terrain depuis 2014 sous forme