Notre île offre de superbes paysages, mais l’océan regorge également de merveilles. Grâce aux deux sous-marins de Blue Safari, la découverte de ces richesses subaquatiques n’est plus seulement réservée aux seuls plongeurs brevetés. En groupe, en couple ou en famille, Blue Safari permet de descendre jusqu’à trente-cinq mètres de profondeur, et même de survoler une épave! 

Romain n’a que cinq ans mais, à la maison, les conversations tournent souvent autour des poissons, des pieuvres, des dauphins, et de toutes les autres créatures de l’océan. C’est que Papa et Maman sont plongeurs, alors, forcément… Mais Romain, lui, n’a évidemment pas l’âge pour partir à la conquête du «monde du silence». Aussi, l’annonce d’une prochaine plongée, en famille, à bord de l’un des sous-marins de Blue Safari, a-t-elle déchaîné une excitation sans précédent.

Au jour dit, la petite famille est prête et le garçonnet a du mal à masquer son impatience. Dans le salon d’accueil de Blue Safari, devant les écrans sur lesquels défilent les vidéos tournées lors de précédentes plongées, Romain ne tient pas en place… Mais voilà qu’une jeune hôtesse vient l’équiper d’un gilet de sauvetage, avant d’annoncer le départ, prévu dans dix minutes. Ca y est, la plongée n’est plus un simple projet, quelque chose dont on parle, c’est une réalité, on va la vivre ! Alors, chacun écoute, avec attention, le briefing qui décrit le déroulement des événements à venir: embarquement sur une vedette rapide qui va nous conduire jusqu’à Betty, un ancien gros remorqueur, converti en bateau-mère des deux sous-marins. Le temps est franchement maussade, mais le lagon reste calme. Et la liaison entre la jetée et le remorqueur ne prend qu’une dizaine de minutes!

S’étant éloigné du remorqueur le plus grand sous-marin de la flotte Blue Safari, s’apprête à plonger.

L’imposant remorqueur est ancré au-delà du récif et un clapot, plus marqué, fait danser la vedette. Toutefois, grâce aux instructions claires de l’équipage et à son assistance attentive, tout le monde saute facilement sur le pont de Betty. Un sous-marin est accosté au navire. C’est le plus petit des deux submersibles. Il peut embarquer, au maximum, cinq passagers, en plus de son pilote. Un jeune couple anglophone, sans doute indien, et vraisemblablement en lune de miel, monte à bord. Ils seront les seuls passagers d’une plongée exclusive et dégusteront même un déjeuner fin, servi dans le sous-marin! C’est l’une des nombreuses options proposées par Blue Safari…

Le sous-marin remonte automatiquement à la surface

Romain comprend mal que le sous-marin parte sans lui. Heureusement, le second appareil crève la surface à une trentaine de mètres du remorqueur. Il est plus grand que le précédent et peut prendre onze passagers. Pendant qu’il manœuvre pour accoster Betty, les hôtesses donnent les dernières explications sur le déroulement de la plongée. Quelques minutes plus tard, l’embarquement se déroule sans encombre, chaque passager étant pris en photo par le photographe du bord, juste avant de disparaître dans les entrailles du sous-marin.

Damien, le pilote, a pris place à l’avant, dans une bulle de verre. Les passagers prennent place sur les dix sièges restants, chacun étant doté d’un large hublot. Lentement, le sous-marin s’éloigne du remorqueur qui lui sert de base. Cette navigation s’effectue en surface, et le pilote en profite pour détail-ler les équipements de secours. En plus de l’habituel gilet de sauvetage, chaque siège dispose d’un appareil respiratoire. Il s’agit, en fait, de détendeurs, identiques à ceux utilisés par les adeptes de la plongée sous-marine. En cas de malaise du pilote, nous explique Damien, le passager le plus proche du tableau de commande n’a qu’à actionner deux manettes, pour que le sous-marin remonte automatiquement à la surface. «Mais, rassurez-vous, précise notre pilote, je suis en pleine forme…» Cela fait sourire et, profitant de ce moment de détente, Damien entame la plongée.

Le sous-marin conserve son assiette, c’est-à-dire qu’il reste à peu près horizontal. Cela déconcerte un peu Romain, qui a du mal à croire que l’on ait vraiment commencé à descendre: pour lui, la plongée devait sûrement ressembler à un piqué vertigineux, à l’image d’une baleine en train de sonder vers les abysses…

Particulièrement chanceux, Romain verra quatre tortues marines!

Une raie aigle, majestueuse et hautaine

Mais l’on descend. Et, très vite, on aperçoit le fond sablonneux. Déjà, les premiers poissons… C’est une nuée de petites «demoiselles», curieuses, qui viennent s’agglutiner aux hublots. Lesous-marin poursuit sa descente. A quinze mètres, il longe un gros massif rocheux, ce que les plongeurs appellent une «patate» de corail. Romain ne sait plus où regarder… il y a des poissons jaunes, des rouges, des noirs, des multicolores… Sa maman n’a pas le temps de les nommer tous! Et, soudain, un murmure admiratif parcourt l’habitacle: une raie aigle, majestueuse et hautaine, passe près du sous-marin. Son vol, gracieux, semble effectivement la rattacher davantage à la branche zoologique des oiseaux qu’aux poissons ! Manoeuvrant habilement, Damien fait pivoter le sous-marin sur lui-même, afin que tous ses passagers puissent voir passer la belle raie au long fouet ondulant.

Le submersible s’avance lentement dans un défilé, entre deux massifs coralliens. Le pilote, qui fait aussi office de guide et de naturaliste, explique la lente formation du corail et son importance pour le développement de la vie sous-marine. Par les hublots, les passagers, bouche bée, regardent les poissons-lions aux longues épines voilées, les lutjans jaunes et les étonnants poissons-trompettes. Plus difficiles à voir, une murène de belle taille et un dangereux poisson-pierre ne seront aperçus que par quelques-uns…

Sans rien promettre, Damien  annonce que la plongée se poursuit par la visite d’un site où il n’est pas rare de voir des tortues. Et c’est Audrey, la maman du petit Romain qui, la première, découvre une tortue verte, pourtant presque invisible, allongée au milieu des roches. En fait, ce sont quatre tortues qui, ce jour-là, s’étaient données rendez-vous là, et qui seront repérées tour à tour… Pour tous les passagers, et pas seulement pour Romain, la vision de ces belles et grandes créatures placides est un moment magique !

Très manoeuvrable, le submersible peut explorer des zones difficiles d’accès.

Sur l’épave du Star Hope

La plongée se poursuit. A vingt-cinq mètres de profondeur, surgit l’épave du Star Hope. Coulé dans les années 80 pour servir de récif artificiel, ce bateau de pêche japonais forme une épave imposante, autour de laquelle la vie s’est concentrée. Un platax, rond et curieux comme tous ceux de son espèce, suit le sous-marin. Un jeune baliste olivâtre, aux dents saillantes, vient saluer les explorateurs. Les longues parois brunes de la coque du chalutier, les trous béants de ses cales, la lumière blafarde d’un jour sans soleil, et qui perce péniblement, tout concourt à donner de l’épave une vision fantasmagorique. Romain ne semble pas échapper à cette ambiance générale: il ne dit plus rien et admire, avec un peu d’appréhension, ce bateau, qu’il imagine sans soute coulé par un implacable pirate.

Nous sentons le sous-marin se poser délicatement sur le sable. «Mesdames et messieurs, annonce Damien, notre plongée vient d’atteindre son point le plus bas, à trente-cinq mètres de profondeur…» Quelque chose qui ressemble à de la fierté incite les passagers à se redresser sur leurs sièges… Trente-cinq mètres… Ce n’est pas rien !

Et pour attester cet exploit, chaque passager se voit remettre, à terre, un certificat officiel. Romain n’est pas peu fier d’en avoir eu un, lui aussi.

Le must: un déjeuner en amoureux, 35 mètres sous la surface de l’océan.

Une plongée sans restriction

Située à Trou aux Biches, la compagnie Blue Safari exploite deux sous-marins et une plateforme d’une dizaine de scooters des mers. Ces deux activités, très populaires, ont le mérite de faire découvrir l’univers sous-marin à des personnes qui, pour la plupart, ne pratiqueront jamais la plongée sous-marine.

Alors que les scooters imposent de se mettre à l’eau, les plongées  à bord des sous-marins se font au sec, confortablement assis. Il y a donc très peu de restrictions et, à condition que la personne puisse monter et des- cendre la petite échelle d’accès à l’habitacle, tout le monde peut embarquer à bord des sous-marins… Les enfants, évidemment accompagnés, et les personnes âgées autonomes sont donc les bienvenus à bord. En famille, cette activité, unique dans l’océan Indien permet de partager de vraies et belles émotions!

Pour réserver votre prochaine plongée en sous-marin :

Blue Safari
Tropical Submarine Safari Ltée.
Route Côtière Trou aux Biches, ILE MAURICE.
reservation:  online@blue-safari.com Tel : (+230) 265 7272

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devriez lire aussi

Robert Surcouf, la terreur de la Couronne

Après Mahé de La Bourdonnais, Saint-Malo s’établit comme